Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 21:07
Ma vie est un slalom entre mes ombres

Dans la brume là-bas, je vois un assassin
Tout empourpré dans le couchant qui tend l'épaule
Un soleil, ça descend toujours comme un vaurien
Ça vous met son couteau entre les pôles

J'ai peur de ce soleil, maman, je ne sais rien
Ni toi ni moi ni eux ni ce chagrin de l'aube
Qui me fait chaque fois renaître du destin
Que vous croyez heureux qui n'est que machinal

Ma vie est un slalom entre mon mal

Mes cheveux n'ont plus de licol
Mes chiens n'ont plus de muselière
Et mes hiboux prennent leur vol
Tout à l'heure à Orly-sur-terre

Mes araignées font des habits
Pour les princesses de la Mort
Mes hiboux dans les bars de nuit
Boivent la mienne au ralenti

Je suis d'ici, je suis d'ailleurs
Je ne suis pas et que t'importe
À toi, la fille au joli cœur
Qui s'en va mesurant ma porte

À peine rabattue sur moi
Ma porte comme une visière
Ombre ma gueule d'où je vois
Tant de lumière sans lumière

Ma vie est un slalom machinal, machinal

Mon ombre a son soleil qui lui lèche sa trace
Quelle horreur de m'entendre
Quelle horreur de gueuler
Quand pourrais-je m'étendre sur une marge nette
Et regarder passer le texte à la lunette ?

Être l'indifférent sur le monde accroupi
Le monde fait toujours pipi le cul par terre
L'espoir vaincu
L'espoir debout
L'espoir caché
Et puis le désespoir qui lui sert d'arrangeur

Ma vie est un slalom entre mon cœur

Ça pue l'éternité dans ce bar-discothèque
L'éternité de la matière à Music-Love
Et ces couples muets devant l'imaginaire
Cet adultère abstrait encombré de pilules
Au moins s'ils connaissaient le Sacre du Printemps
Et moi qui meurs de froid devant ma page blanche

Léo Ferré 
"Il est six heures ici… et midi à New York" 1983

Partager cet article

Repost 0
Published by Loane
commenter cet article

commentaires